Le programme en quelques dates

  • Avril 2005 : La conférence académique de Kinshasa et l’inauguration du Backbone

Du 6 au 8 avril 2005, le VLIR-UOS a organisé avec les universités de Gand et de Kinshasa une grande conférence académique, intitulée « L’apport des universités belges dans le désenclavement des universités congolaises : communication, échange d’information et coopération ». Cette conférence s’est déroulée à l’Université de Kinshasa.

Axée sur le développement de l’Enseignement Supérieur et Universitaire en RDC, cette conférence poursuivait un double objectif : d’une part, identifier les défis et les potentialités des projets actuels et passés et, d’autre part, réexaminer les modalités de la coopération universitaire. En quoi peut-elle contribuer au désenclavement des universités et à l’amélioration de leur qualité dans leur triple fonction d’enseignement, de recherche et de service à la société ?

La conférence entendait également interroger la stratégie de communication, d’échange d’informations et de coopération des acteurs du développement de l’enseignement universitaire en RDC. Concrètement, il s’agissait d’initier des partenariats et une politique de coopération universitaire à moyen et à long terme.

L’inauguration du Backbone a montré une belle réalisation de l’objectif essentiel de la conférence qui était le désenclavement. L’introduction des Nouvelles Techniques de l’Information et de la Communication est utile dans le sens où elles facilitent l’accès aux informations sur les questions du développement en RDC (sites internet et banques de données).

Le sens et les avantages de ce désenclavement ont amplement été débattus lors de la conférence et des applications et exemples concrets ont été présentés :

– Soutien à l’administration ;

– Soutien aux activités de recherche ;

– Soutien aux services d’information (bibliothèque) ;

– Soutien à l’enseignement (pédagogie, administratif, socio-culturel, professionnel) ;

– Ouverture des universités sur le monde des instituts scientifiques, de la littérature, etc.

  • Juin 2006 : La mission d’identification CUD-VLIR-UOS-DGCD

Le CIUF-CUD et le VLIR-UOS ont indiqué leur volonté de financer un programme transversal NTIC en RD Congo dans le cadre de la coopération universitaire, programme commun 2006-2007. Cette décision a été prise par les bureaux de chaque organisation et est soutenue par la DGCD. Intéressé par le projet ambitieux, le Ministre de la coopération alloue un budget exceptionnel au programme.

Le CIUF-CUD et le VLIR-UOS optent pour une collaboration avec un nombre réduit de 7 universités congolaises : Université de Kinshasa, Université de Lubumbashi, Université de Kisangani, Université Pédagogique Nationale, Institut Supérieur des Technologies Appliquées, Facultés Catholiques de Kinshasa, Université Catholique de Bukavu. Ces universités ont été choisies de façon participative.

En juin 2006, une mission d’identification du projet a eu lieu au Congo. Cette mission était composée de M.Rémon (CUD), R. Abboud (CUD), J.-J. Dohogne (VLIR-UOS), D. Molderez (DGCD). Elle a visité systématiquement les 7 universités partenaires du projet. Les principales conclusions de cette mission sont la valorisation des expériences acquises à l’UNIKIN et l’UNILU, la mise en commun des ressources et de l’expertise pour l’ensemble des universités pour réaliser des économies d’échelle et renforcer les collaborations entre universités.

En octobre 2006, à l’occasion des cérémonies du 50ième anniversaire de la coopération universitaire avec la RDC, les 7 recteurs des universités partenaires ont été invités à Bruxelles. Durant ce séjour, la décision a été prise d’organiser, début 2007, à Lubumbashi un atelier de formulation du projet, avec la participation des recteurs et des responsables locaux du désenclavement de leur université.

  • Mars 2007 : L’évaluation externe des 2 projets de désenclavement à l’UNIKIN et l’UNILU et l’atelier “Désenclavement numérique des universités” à Lubumbashi

L’atelier-séminaire « Désenclavement numérique des universités congolaise » s’est déroulé à Lubumbashi du 12 au 16 mars 2007, en présence de tous les recteurs et de leurs adjoints impliqués dans le désenclavement. Les organisateurs ont invité les experts d’Education for Change chargés de l’évaluation des projets Backbone de l’UNIKIN et du désenclavement de l’UNILU à présenter leur rapport intermédiaire de mission comprenant l’évaluation du fonctionnement et de l’intégration des 2 unités et les recommandations générales.

Durant ce séminaire présidé par Marc Nyssen (VLIR-UOS) et Marcel Rémon (CUD), les arbres à problèmes, arbres à objectifs et cadres logiques pour les différents projets locaux (par université) ont été établis et confrontés entre eux. De même, le programme transversal articulant entre eux tous les projets locaux de désenclavement a été discuté, chaque université précisant ce qu’elle attendait du programme transversal et ce qu’elle comptait y apporter. Ces informations sont reprises dans les projets de chaque université.

  • Octobre 2007 : La première formation technique UniversiTIC et le partenariat eb@le

Suite à l’atelier sur le désenclavement numérique des universités, les 7 Recteurs ont proposé deux candidats à la formation des responsables informatiques. Ceux-ci ont fait l’objet d’une présélection sur dossier et sur entretien réalisé par l’équipe du CEDESURK-CNF en septembre 2007. Les Recteurs ont pu remplacer les candidats non retenus.

Du 1er octobre au 7 décembre 2007, le CEDESURK et son Campus numérique francophone ont organisé la formation dans leurs installations. Les 14 stagiaires venus de Bukavu, Kisangani, Lubumbashi et Kinshasa participaient à la première formation aux NTIC organisée dans le cadre du programme. Cette formation était également ouverte aux informaticiens de l’université protestante au Congo (UPC), l’université Kongo et l’université du Burundi en raison de leur participation au projet d’interconnexion des universités ou des synergies entre projets de coopération universitaire.

Cette formation animée par des formateurs des universités belges et congolaises durant 9 semaines a permis de former un binôme pour chaque université qui aura la responsabilité de gérer le réseau local et un service informatique minimal. Les stagiaires ayant suivi cette formation sont amenés à l’issue de la formation à participer à :

– la conception et la mise en place d’un réseau local,

– la configuration et l’administration des serveurs,

– la gestion technique de la connexion Internet,

– la mise en place de pools d’ordinateurs,

– la gestion administrative d’un centre informatique, assurant les services de maintenance et dépannage occasionnels, et offrant un appui technique aux projets TIC (mise en ligne de sites Web, de plateformes collaboratives, d’informatisation de services, etc.)

Entre temps, un projet de réseau numérique universitaire national pour la RDC (NREN), intitulé eb@le, a vu le jour, soutenu par les mêmes acteurs universitaires, auxquels se sont adjoints d’autres universités congolaises et des centres de recherche (UPC et UK). Ce projet est en cohérence avec le programme UniversiTIC : en effet, il s’agit d’une mise à la disposition des universités d’un intranet permettant l’échange d’information, et la réduction des coûts de bande passante. Pour cette raison, un module spécifique est organisé en fin de formation, pour lancer le partenariat avec l’entreprise de téléphonie ZAIN RDC (ex-CELTEL RDC) et le CEDESURK.

Ce module organisé sous la forme d’un séminaire de lancement du réseau interuniversitaire eb@le en présence des Présidents du VLIR-UOS et de la CUD et du Directeur de BELNET présente les choix technologiques de ZAIN RDC pour l’interconnexion des universités, permet aux techniciens rassemblés pour l’occasion d’élaborer le cahier des charges technique et le planning de déploiement du réseau eb@le. La cérémonie de lancement du projet de réseau en présence du Ministre de l’ESU et du Vice-Ministre de l’EPSP clôture le séminaire avec la signature du partenariat entre le CEDESURK et ZAIN.

Dés leur retour sur campus, les administrateurs réseaux des 5 universités qui débutent leur désenclavement numérique installent, sous la supervision de leur responsable de campus, leurs bureaux et les serveurs dans leur centre informatique.

  • Mars 2008 : La deuxième formation technique UniversiTIC et l’installation des centres informatiques

Après une première phase de formation et l’installation des centres informatiques, une deuxième formation est organisée à l’Université de Lubumbashi du 03 mars au 03 mai 2008. Elle regroupe les binômes des 7 universités sur le même modèle que la formation de Kinshasa. L’objectif de la formation de Lubumbashi est de consolider la dynamique collaborative des équipes créée à Kinshasa, compléter et approfondir les acquis de la première formation en matière d’environnement Windows, conception Web, sécurité des réseaux, et gestion de bases de données.

Ce regroupement a également donné lieu à des réunions techniques pour partager les bonnes expériences et résoudre de manière collective les problèmes rencontrés dans l’installation des centres informatiques. A l’issue de la formation, un certificat UniversiTIC a été remis par les représentants des secrétariats VLIR-UOS et CUD.

  • Août 2008 : La mission technique d’identification

Les experts Jan De Sitter (Universiteit Antwerpen) et Joeri Gerrits (HS Erasmus) une étude portant sur les cinq membres du projet UniversiTIC hors UNIKIN et UNILU. L’étude a pour objectif d’établir un état de lieu de l’informatisation, la description des besoins et des différentes solutions techniques possibles pour déployer localement dans les bâtiments un réseau intranet local, une connexion Internet minimale et un ou deux pools informatiques.

Les termes de référence du cahier des charges des 5 réseaux établis par les experts proposent la technologie de la fibre optique pour relier leurs principaux bâtiments de l’ISTA, l’UNIKIS et l’UPN, et le WIMAX pour les campus distants à l’UNIKIS et l’UCB. Le câblage interne des bâtiments se fera en UTP. L’utilisation d’une boucle locale proposée par un fournisseur d’accès Internet local sera privilégiée pour faciliter les échanges entre université et s’assurer d’un meilleur service de maintenance. Outre les choix techniques, les experts ont recommandé de s’appuyer sur le CEDESURK pour développer le volet transversal du programme et la dynamique interuniversitaire.

  • Octobre 2008 : L’atelier d’information et de concertation à Leuven

Le vendredi 10 octobre 2008, le bureau international de la K. U. Leuven (Atrechtcollege) a accueilli une séance d’information et de formulation du programme UniversiTIC organisé par les secrétariats du VLIR-UOS et de la CUD.

A cette occasion, les coordonnateurs académiques du VLIR-UOS et de la CUD ont présentés les principaux objectifs du programme transversal et son articulation avec les projets spécifiques de chaque université. La coordination opte pour une gestion centralisée et localisée au CEDESURK pour l’organisation des formations communes, le déploiement des infrastructures et l’appui technique à distance. Chaque équipe de désenclavement des universités coordonnée par un responsable de campus congolais sera appuyée par un homologue belge.

Les termes de l’appel à candidature des responsables de campus belges sont présentés à une trentaine de professeurs, responsables administratifs ou techniques. Cet appel à candidature diffusé au sein de toutes les universités belges au lendemain de l’atelier donnera lieu à la sélection des responsables de campus belges dés le mois de décembre 2008.

  • Janvier 2009 : Le séminaire de coordination, la 2e conférence des Recteurs et la 3e formation technique

Du 26 au 29 janvier 2009, les responsables de campus belges et congolais se sont retrouvés aux Facultés catholiques de Kinshasa pour se former aux règles administratives et financières des coopérations universitaires belges, finaliser la rédaction du programme transversal, élaborer les programmes annuels d’activités pour chaque campus et démarrer le travail en réseau des équipes de coordination. Les résultats de leurs travaux ont été présentés et discutés lors de la 2e conférence des Recteurs les 30 et 31 janvier 2009.

Simultanément, les équipes techniques des 7 universités ont poursuivi leur formation lors de la 3e session organisée à l’Institut Supérieur des Techniques Appliquées. Elles ont pu poursuivre leur travail en réseau déjà entamé lors des 2 précédentes sessions et approfondir certains modules suivant les besoins énoncés par les stagiaires et les faiblesses constatés lors de la mission technique d’identification, à savoir la gestion des utilisateurs, la finalisation des sites Web institutionnels, la gestion de la bande passante, la sécurité anti-virus et la mise en place de procédures de gestion d’un réseau interuniversitaire.

  • Avril 2009 : Préparation du démarrage des projets campus

La coordination du programme a harmonisé les 7 fiches des projets campus rédigés par les équipes de responsables de campus, et finalisé la formulation du programme partenaire sur base des différentes contributions. Durant cette période, le rôle des équipes techniques et des membres des 2 groupes de pilotage a été clarifié. L’équipe de gestion du programme transversal a également procédé à la sélection des principaux fournisseurs pour le câblage des campus et les matériels informatiques. Elle a aussi supervisé l’installation des connexions Internet sur tous les campus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s