UniversiTIC planifie l’année 2015, projet financé par la coopération belge ARES-CCD et VLIR-UOS

Le 21 octobre 2014, l’équipe de coordination académique et l’équipe de gestion du programme UniversiTIC2.0 ont présenté aux acteurs nord d’UniversiTIC le plan d’action 2015.
En mai 2014, une analyse SWOT du déroulement du projet a mis en évidence comme un des problèmes principaux, le manque d’appropriation du programme par les partenaires. Il a donc été décidé à cette occasion d’organiser des ateliers de formulation du plan stratégique du service TIC de chacune des institutions (RDC et Burundi), pour donner l’opportunité à chacun des partenaires de se prononcer sur ses problèmes spécifiques.
Quatre ateliers ont eu lieu jusqu’à présent et ont formé la base pour la formulation du plan 2015.
Le programme UniversiTIC2.0 continuera en 2015 son appui au désenclavement numérique de 8 institutions universitaires de la RDC et du Burundi. Le CEDESURK, dans son rôle de point focal des projets liés aux technologies de l’information de la communication en RD Congo, continue à gérer l’exécution du programme transversal UniversiTIC, ainsi que la coordination technique et l’organisation de certaines activités transversales. En plus de cela, le CEDESURK fonctionne, au sein du projet UniversiTIC, comme centre de recherche de systèmes et applications à être répliqués, après d’avoir passé la phase de test, dans les institutions partenaires (exemples : la permanence électrique et la Ventilation mécanique contrôlée-VMC).
Les principaux axes du programme :
– Stabilisation des réseaux informatiques et augmentation de leur performance
– Amélioration de la pédagogie universitaire par l’intégration des TIC
– Informatisation de la gestion académique de l’université
L’appui aux services informatiques sera en 2015-2016 beaucoup centré sur l’organisation et la bonne gestion, par des activités de formation et réflexion sur les politiques et procédures. L’optimalisation de l’utilisation de la bande passante limitée, fera aussi l’objet de ces réflexions.
Un appui technique au projet Eb@lé du CEDESURK est planifié, pour faciliter l’augmentation et la mutualisation de la BP entre institutions de l’enseignement supérieur à moindre coût.

Le logiciel GP7, logiciel libre de gestion des étudiants dès l’inscription jusqu’aux délibérations, créé par le développeur de programmes de l’UNILU, est actuellement utilisé dans toutes les institutions partenaires de la RDC et l’UB a plusieurs fois prononcé son intérêt à l’utilisation. En 2015 nous allons investir dans l’élaboration d’un manuel de l’utilisateur et la mise au point d’une plateforme des utilisateurs.
Thèmes transversaux
Genre
Les équipes TIC des différentes institutions partenaires sont composées à 95% d’hommes. Se fixer des objectifs d’augmentation du nombre de femmes dans ces services serait plutôt utopique. Plusieurs facteurs, qui ne pourront faire sujet de ce projet, sont en effet à la base de cette disparité actuelle entre hommes et femmes :
• Le pourcentage de femmes diplômées en RDC et Burundi, forme une minorité extrême.
• Le nombre de femmes qui ont un intérêt à étudier dans un domaine des TIC est encore plus réduit.
Sont à la base de ces deux constats : des raisons culturelles ; manque d’encouragement des femmes pour s’intéresser aux TIC, modèles de rôle, …
Nous nous mettons comme objectif de prioriser les femmes dans nos bénéficiaires finaux (enseignants et étudiants).

Environnement
Dans l’utilisation du terme (N)TIC ((Nouvelles) Technologies d’information et de communications), le renouvellement des équipements y inhérent est intrinsèque. Des réflexions sur les questions de mise au rebut et recyclage s’imposent et ont fait l’objet au cours des ateliers de formulation des plans stratégiques de chaque institution. Une réponse claire à ce problème n’a pas encore été formulée.
Un deuxième point important dans le programme UniversiTIC est l’utilisation de sources alternatives comme l’énergie éolienne et solaire. Les universités partenaires congolaises seront équipés au courant de 2014 avec les moyens achetés en 2013.
Etant donné la consommation excessive des climatiseurs de la salle serveur du CEDESURK, le refroidissement n’est pas possible lors des coupures d’électricité. Une étude a donc été menée pour une climatisation alternative par la Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) Géothermique « Freecooling ». Ce projet a déjà prouvé ses effets positifs. Après une évaluation intermédiaire, ce projet pourra être répliqué dans les institutions partenaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :